Motiver les élèves en classe de FLE, un défi pour le professeur

L’absence de motivation pour l’étude du français langue étrangère chez les élèves paraît d’abord un obstacle insurmontable dans une démarche pédagogique organisée dans un cadre scolaire. Le professeur a le rôle d’amener l’élève à se décider à apprendre, à fournir les efforts et le travail nécessaire à tout apprentissage.

Pour la plupart des élèves le français n’est pas une langue à apprendre, mais une simple matière scolaire à étudier obligatoirement pendant plusieurs années d’école. Dans de nombreuses classes le professeur enseigne encore le français comme s’il participait à une course d’obstacles : decouverte de nouveaux textes, explication du vocabulaire par le professeur, exposition de différents points de grammaire, exercices grammaticaux et une faible tentative d’utiliser la langue française comme jeu de question-réponses entre le professeur et quelques élèves et tout  cela qui se répète dans la classe suivante.  Dans ce scénario, la langue n’est pas identifiée et reconnue  comme un outil ce communication, elle ne set pas à présenter son univers personnel ou à decouvrir une culture différente, elle reste, malheureusement, une langue morte.

En réalité, le français est son, musique, saveur, parfum, goût et couleur. Trouver du plaisir à apprendre et à enseigner le français implique une mise en activité concrète sur la langue, une prise en considération du sens et de l’émotion chez l’apprenant.

Utiliser l’émotion pour faire s’exprimer l’élève est un élément très important du procès pédagogique. Aussi l’humour est très efficace dans la motivation des apprenants dans une classe de langue car l’émotion et l’humour lui donnent son statut de langue vivante.

Ce que le professeur peut faire pour attirer et séduire ses élèves c’est donner à l’enseignement du français une identité, une qualité qui le rende d’utilité évidente au-delà de la maîtrise linguistique.

Voici quelques questions simples que tout professeur devrait se poser sur la pratique au quotidien de l’enseignement d’une langue : combien de temps parle le professeur en classe ? Quel est le temps de parole des élèves ? Les élèves sont-ils encouragés à s’exprimer, même s’ils font des fautes ? (En tant que professeur, il faut savoir  repérer la faute de l’élève et  l’exploiter pour un apprentissage  centré sur l’apprenant. La faute est souvent mal vécue par l’élève et radicalement sanctionnée par les professeurs   à tel point que l’apprenant se décourage jusqu’au point où il perd confiance en soi et ne veut plus étudier.) Qui travaile le plus en classe ? L’élève ou le professeur ? Combien d’élèves n’ont pas du tout participé à l’activité du cours ? Que faisaient-ils en ce temps ? Qu’est-ce que les élèves ont appris réellement ? Ont-ils crée un produit collectif, un résultat d’équipe ?

Actuellement tous les outils et les ouvrages spécifiques pour aider le professeurs dans sa démarche pédagogique citent comme objectifs fondamentaux de l’enseignement d’une langue des valeurs extralinguistiques : le développement personnel, l’esprit critique, la tolérance, l’ouverture aux autres cultures, la valorisation du plurilinguisme et de la diversité culturelle, la citoyenneté éuropéenne.

De nos jours, avec Internet, il y a une véritable révolution du mode des échanges et du partage de l’information et des savoirs, les sites pour les enseignants, les équipes pédagogiques se sont multipliées et offrent à chaque professeur la possibilité de partager ses expériences, de trouver des idées et des pistes d’exploitation pour ses classes afin de motiver ses élèves et leur offrir un enseignement de qualité.

On voit apparaître de plus en plus d’espaces numériques de travail très motivantes pour le travail à distance, dans les périodes de confinement. Dans ces espaces les groupes ou les classes d’élèves mutualisent leurs expériences, leurs connaissances, leurs idées et leurs documents, tout en participant activement à la vie de la communauté. Les classes virtuelles sont déjà une réalité évidente où l’élève a plus d’autonomie dans son apprentissage.  Dans cet espace virtuel le professeur ne disparaît pas, il est encore une fois confirmé comme ayant un rôle de conseil, de ressource, de partenaire dans l’apprentissage qui fait une selection des meilleurs outils à offrir aux élèves pour l’étude.

Quelques idées concrètes pour l’activité motivante en classe de français : diversifier les formes de travail des élèves, individuel, en tandème, en petit groupe, en tutorat, utiliser plus de technologie, Internet, applications pour smartphones, TBI, en fonction des possibilités de l’établissement, multiplier les supports utilisés pour étudier : non seulement le manuel, mais aussi des chansons, des films, des images, des jeux, des articles de presse, des sites internet pour rendre l’apprentissage actuel et diversifié. Le professeur propose à ses élèves une relation vraie avec la langue étudiée par des sorties thématiques, des voyages d’étude, des projets collaboratifs avec d’autres classes en langue française, écrire un journal, faire une révue, participer à des concours, sont autant d’actions motivantes pour les apprenants.

En conclusion, pour motiver les élèves, un professeur doit redéfinir sans cesse sa démarche, être actuel, essayer et explorer le possible, partager et communiquer avec ses collègues, faire confiance aux élèves pour une pédagogie de la réussite.

Bibliographie
BYRAM M, BEACCO J-C, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 2003
LAMY, A.,  La pédagogie de la faute, CIEP/BELC, 1981.
TAGLIANTE, C.,  La classe de langue, CLE International, 2006
Manuel de formation professeurs de français, Investeste in oameni, fondul social european , Programul Operational Sectorial Dezvoltarea Resurselor Umane 2007-2013

 

prof. Alina Nicolae

Profil iTeach: iteach.ro/profesor/alina.nicolae

Articole asemănătoare