L’écriture créative en classe de FLE

L’écriture est une compétence linguistique qui n’est pas facile à acquérir dans l’apprentissage d’une langue. On dit qu` «en chaque personne sommeille un poète», mais comment faire pour réveiller le poète dans chaque élève et comment éviter le syndrome de la page blanche? La créativité est-elle une qualité innée ou un développement culturel?

Selon Claire Boniface  (Ateliers d’écriture, mode d’emploi, 1999), «un atelier d’écriture est un dispositif qui a pour but de déclencher l’écriture, de créer la motivation, dans un certain plaisir». L`une des conditions pour développer chez l’apprenant une véritable compétence d’expression écrite doit être une approche ludique, afin de susciter le désir d’écrire.

Voilà quelques principes à respecter dans la mise en place de cette technique:

1.  Proposer un travail en groupe qui privilégie l’approche communicative
Le travail en groupe facilite un échange constructif et enrichissant, le processus créatif, la coopération. L`écriture devient un partage, une activité de groupe au sein de laquelle on peut prendre la parole, proposer des solutions, parler de ses expériences, s`entraider. Cela nous permet de relier l’expression orale et écrite, d`aider certains élèves à surmonter une éventuelle timidité ou la peur de la «faute», si présentes dans notre système d`enseignement.

2. Partir d’un support susceptible de déclencher l’imaginaire chez l’apprenant
Le déclencheur de la production sera un support auditif/ visuel: un extrait de film, un vidéo, un texte littéraire, une chanson, une odeur etc. La lecture du support (texte fendu) sera une occasion de confronter les différentes interprétations des indices proposés, chaque membre du groupe étant conditionné par son environnement social et culturel. Ces documents seront authentiques, pour permettre d’entrer en contact avec la culture littéraire et artistique en langue française.

3. Les activités d’expression écrite ne seront pas isolées
Il faut organiser d’autres activités d’expression orale (lecture/ compréhension orale) pour créer le contexte nécessaire à réaliser la tâche, pour mobiliser et développer les connaissances linguistiques, discursives et socioculturelles. Ces activités impliquent des objectifs fonctionnels, le travail grammatical et lexical, la connaissance du fonctionnement des textes et des cultures francophones.

4. Laisser la liberté d’action et de parole
Le rôle du professeur sera de créer les conditions favorables à l’émergence et au perfectionnement d’une compétence d’expression écrite. Il laissera le plus possible de temps de parole et de travail aux apprenants. Il se limitera à mettre en route le processus et fonctionnera ensuite comme personne-ressource à la disposition de l’apprenant, un médiateur chargé de faire se rencontrer l’écrit, l’amour de l’écriture et l’apprenant.

5. La mise en commun collective
Le texte rédigé (individuellement ou en groupes) fera toujours l’objet d’une mise en commun collective sous forme de lecture à haute voix, de composition d’un recueil de textes ou d’exposition. Le résultat de la création sera issu d’un effort collectif, ce qui motivera davantage les apprenants. De cette façon, chaque élève sera mis en valeur par la réussite collective.

6. Laisser la porte ouverte à des prolongements de l’activité
L’écriture peut toujours être reprise, retravaillée, mise en forme à l’aide des techniques diverses. On peut lui trouver des prolongements artistiques: mettre un texte en musique, réaliser un film à partir d`un texte, illustrer un récit, créer une chorégraphie pour une poésie, mimer, parodier etc.

Exercices d‘écriture créative

BOULE DE NEIGE:
On crée une phrase en utilisant:
– 1 lettre pour le 1er mot
– 2 lettres pour le 2ème mot
– 3 lettres pour le 4ème mot etc.
La phrase est disposée sous forme de pyramide (ou autre forme) et elle doit avoir un sens, même approximatif!
Exemple:
«J
AI
CRU
VOIR
PARMI
TOUTES
BEAUTES
INSIGNES
ROSEMONDE
RESPLENDIR
FLAMBOYANTE…»
George Perec in Oulipo, éditions Gallimard, 1973

CADAVRES EXQUIS
On crée des textes poétiques ou drôles en laissant le hasard s’occuper des mots.
Sur une feuille de papier pliée en accordéon, chaque joueur écrit en secret une partie de la phrase.
La structure de cette phrase doit être décidée dès le début:
N + V (nom et verbe)
N + V + N (nom, verbe et nom)
N + V + Prép. + N (nom, verbe, préposition et nom)
N + A + V + N (nom, adjectif, verbe et nom) etc.
Quand la feuille a fait le tour des joueurs, on la déplie et on peut obtenir des phrases étonnantes, qui peuvent faire réfléchir.

LE CARRÉ LESCURIEN (créé par Jean Lescure,  écrivain et poète français)
On part des quatre mots permutant entre eux:
feuille  porte           ombre    rose
On relie les 4 mots par des mots-outils.
Exemples: Dans l’ombre les feuilles sont roses.
Dans la feuille je vois l’ombre de la rose.
Grâce à la rose la feuille a de l’ombre.
Grâce à l’ombre la rose porte sa feuille.
Par la porte la rose glisse son ombre.
Par l’ombre de la porte la feuille cherche la rose.

LES COLLAGES
On cherche dans les magazines/ revues/ journaux des mots et des phrases à partir d’une idée; on peut aussi nous laisser guidés par l’instinct et choisir au hasard des mots, des expressions, des titres dans la presse écrite, en caractères de couleur ou en noir, grands ou petits; puis, on les assemble et on les dispose sur une feuille et on voit ce que cela donne.
Ce jeu provoque les élèves et les oblige à une recherche active dans un matériel concret que l’on peut manipuler, découper, sentir. On peut arriver à une association des mots et des expressions qui d’habitude ne se côtoient pas. Il faudra tenir compte des accords entre les sujets et les verbes, les noms et les adjectifs!

ÉCRITURE ABÉCÉDAIRE
Exemple: « Alors, Béatrice crut devoir emporter fiévreusement Guy. Heureusement, il jouait: Képi, légos, machines n’occupaient plus que raisonnablement sa tanière (un vieux wallon xénophobe y zézayait). » (Henry Landroit, 50 jeux de langue pour l`école)
On commence chacun des mots d’une phrase par une lettre dans l’ordre de l’alphabet.
C`est une façon agréable d’apprendre l’alphabet, mais on doit être attentif aux contraintes de sens! La phrase doit avoir un sens, afin que la syntaxe y trouve son compte.

LES ENCHAÎNEMENTS
On joue à deux ou à plusieurs: le premier joueur propose un mot, le deuxième doit dire un nouveau mot commençant par la dernière syllabe; le troisième continue et ainsi de suite.
Celui qui est incapable de continuer la chaîne va perdre.
Exemples: Marabout, bout de ficelle, selle de cheval, valet de ferme…
Lapin-pinceau-sauter-terreur-heureux etc.
Le jeu développe l’acuité auditive et invite à faire preuve d`imagination et utiliser des mots peu connus.

LES INVENTAIRES
Le plus célèbre des inventaires est celui de Jacques Prévert, avec ses fameux ratons laveurs.
On peut travailler par thèmes:
– l’inventaire des objets de ma chambre;
– l’inventaire de ce qui traîne dans mon grenier;
– l’inventaire des objets de mon tiroir secret…
Dans un inventaire, on peut aiguiser l’attention de ceux qui écoutent en introduisant un objet inattendu, un intrus.
Variante: on peut aussi trouver toutes les similitudes entre deux objets, personnes, animaux (portable et ordinateur; pomme et tomate etc.).

LES TEXTES-HASARD
Ce jeu oblige à construire une phrase en respectant un modèle décidé par le hasard.
On lance un dé une première fois à deux reprises: supposons que cela donne 2 et 3.
La phrase que nous allons écrire comportera donc 5 mots.
On lance le dé à nouveau pour déterminer le nombre de lettres pour chaque mot de la phrase, par exemple 6-3-1-2-4: Victor est l`ami du vent.

Exemples d`outils et logiciels d’écriture collaborative numérique:

  • Blogs
  • Webradio
  • Imitateur de réseaux sociaux (Facebook)
  • Production collaborative: wiki (dont wikiroman), Google documents
  • Booktrailer
  • Jeux littéraires, par exemple Oulipo, Zulma
  • Websérie littéraire
  • Twittérature
  • Création de livre numérique
  • Sous-titrage de films etc.

lI y a une variété de formes d’écriture numériques collaboratives qui développent une réflexion individuelle ou collaborative, dynamisent les groupes et donnent un sens nouveau à l`apprentissage, moins intimidant et plus valorisant.

Bibliographie
Odile Pimet, Claire Boniface, Ateliers d`écriture: mode d`emploi, ESF Editeur, 1999
Stéphanie Bara, Anne-Marguerite Bonvallet, Christian Rodier, Ecritures créatives, « Les outils malins du FLE », PUG, 2011
Anne Godard (dir.), La Littérature dans l’enseignement du FLE, Didier, 2015
Pierre Frenkiel, Faire écrire un groupe, 109 jeux d’écriture, Chronique sociale, 2014
Claudine Garcia-Debanc, L’élève et la production d’écrits, Metz, 1990.
www.cahiers-pedagogiques.com/Ecriture-collaborative%E2%80%89-varions
lepole.education/technologie/95-ecrire-ensemble
www.ac-grenoble.fr/ien.g1/IMG/pdf/50Jxlang.pdf

 

prof. Maria Stanef

Profil iTeach: iteach.ro/profesor/maria.stanef

Articole asemănătoare