Comment faire introduire les NTIC et l´Internet dans nos classes de FLE ?

En discutant avec nos collègues de FLE du pays  ou de l’étranger pendant les stages de formation, nous pouvons affirmer  que de nos jours, le principal problème que nous rencontrons dans nos classes de FLE c’est le manque de motivation de nos élèves. On sait aujourd’hui que chaque élève est unique dans ses motivations, ses réactions, et sa façon d’apprendre. Mais peut-on prendre en compte cette spécificité dans des cours qui restent destinés à toute une classe? Oui, il est possible!

En modifiant l’approche, les outils de travail, on peut rendre  les élèves plus actifs, obtenir une meilleure  participation en  classe,  améliorer les  résultats, et … retrouver   le  plaisir  d’enseigner et d’apprendre les langues vivantes. Pour parvenir à une réelle motivation des élèves, on doit viser l’élève lui-même. Il s’agit à ce niveau de capter son attention, son intérêt et de lui montrer qu’il a un besoin d’informations que le cours peut apporter. Pour ce faire, il est nécessaire de s’appuyer sur l’émergence d’intérêts spontanés, aussi bien issus de la vie d’enfants (individus isolés), de la vie du groupe, des événements de la classe ou de l’école, ou autour de l’école, etc.

Donc nous devons mettre en œuvre les stratégies didactiques qui permettront d’obtenir  une modification qualitative des comportements de l’apprenant pour le faire passer de l’état dans lequel il se trouve avant l’acte pédagogique, à un nouvel état correspondant  à  des  comportements   prévus par l’objectif poursuivi.  L’enseignement à envisager dans cette situation doit être un enseignement fonctionnel qui privilégie le fait que l’élève est un système organisé possédant un capital dynamique qui ne demande qu’à être développé. Pour cela, nous devons être conscients du fait qu´une activité est signifiante pour un élève dans la mesure où elle correspond à ses champs d’intérêt, s’harmonise avec ses projets personnels et répond à ses préoccupations. Cette condition favorise particulièrement la perception qu’a l’élève de la valeur qu’il accorde à l’activité. Ainsi, plus une activité est signifiante, plus l’élève la juge intéressante et utile. Tenir compte des thèmes appréciés par les élèves dans le choix des contenus d’activités, prendre le temps de justifier l’utilité de l’activité pour le cours et pour l’ensemble du programme de formation de l’élève sont des façons pour un professeur de donner du sens à une activité.

On entend par moyens techniques audio-visuels des langues vivantes les auxiliaires qui, à part les textes écrits, peuvent contribuer à la compréhension par l’œil et par l’oreille. Quelques auxiliaires visuels ont été employés depuis longtemps: tableaux muraux, illustrations, gravures, photographies, albums, cartes, matériel concret de toute sorte.

À cette liste on peut ajouter les tableaux phonétiques, montrant les organes phonateurs et les diverses positions de la langue etc. Les dessins schématiques, exécutés au tableau par le professeur sont aujourd’hui encore vivement conseillés. On peut y ajouter d’autres moyens: magnétophone, disque, diapositives, films fixes, films animés, films sonores, radio et télévision. Ces moyens techniques audio-visuels sont employés aujourd’hui dans l’enseignement de presque toutes les disciplines, mais leur emploi est plus efficace dans l’étude des langues étrangères. En s’adressant en même, temps aux yeux et aux oreilles, ils activent les élèves, en éveillant leur intérêt et leur attention et en favorisant la formation des automatismes indispensables à la maîtrise d’une langue.

Pour obtenir de bons résultats, en appliquant ces moyens, il faut tenir compte de deux aspects importants:
a)  un aspect technique: savoir manier ces instruments;
b)  un aspect méthodologique: savoir en tirer un maximum de profit

Il sera chose assez aisée pour le professeur de s’initier au maniement du pick-up, du magnétophone et de l’appareil de projection, par exemple ; il lui sera cependant bien plus difficile de diriger un laboratoire de langues et pour cela une formation spéciale lui sera nécessaire.   Comme dans nos écoles l’emploi de ces moyens n’est pas encore généralisé, les élèves devront se rendre compte, dès le début, que cette méthode n’est pas un simple divertissement, mais un système de travail sérieux. Il faut démontrer aux élèves qu’ils apprennent mieux tout en voyant et en écoutant.

De nos jours, dans l’apprentissage et l’enseignement d’une langue étrangère nous ne pouvons pas ignorer le rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication en ce qui concerne la motivation de nos élèves. Il s’agit donc de les intégrer dans les différents contextes (auto-apprentissage, enseignement à distance, la salle multimédia ou la classe traditionnelle) et comprendre ainsi leurs limites et leurs potentialités.  L’internet est un outil passionnant pour professeurs et élèves en raison de la richesse des documents authentiques et actuels qu’il offre. La nature de cet outil contribue donc largement à la motivation des élèves et des professeurs. Les relations entre l’enseignant et les élèves doivent s’adapter à ce processus de changement où de nouveaux rôles sont à développer, sinon à inventer. Les enseignants comme les élèves doivent se sentir à l’aise avec ces nouveaux outils et ne pas les vivre comme une contrainte.

Le défi est d’intégrer les nouvelles technologies dans la classe de langue sans la transformer en un espace trop technique. La recherche active des ressources qu’impliquent les réseaux comme Internet ou Intranet présente l’avantage de développer l’autonomie et l’initiative des élèves, deux qualités essentielles dans l’apprentissage des langues.  Mais, nous devons faire attention, parce que trop souvent, les élèves trouvent l’information sans savoir quoi en faire.

Le résultat : un  copie -coller du texte dans leur travail! Il est important de leur montrer comment se servir d’Internet, comment valider les informations, comment vérifier et citer les sources et comment se servir de cette information. Il est important aussi de souligner que l’intégration demande du travail, une planification rigoureuse, si nous voulons avoir de bons résultats dans notre travail avec l’internet. Nous devons aussi nous questionner sur nos méthodes et ne pas avoir peur du changement. Et surtout, nous devons enseigner en fonction du programme d’étude et non enseigner en fonction des NTIC! Tout cela influe évidemment sur l’inventivité et l’initiative des professeurs qui peuvent intégrer les ressources mises à disposition sur le Web dans la préparation d’un cours et doivent développer un  sens  critique  à  l’égard  des  logiciels  qu’on  leur  propose  avant  leur  utilisation  en classe.  L’enseignant devient ainsi un guide et un médiateur qui accompagne dans la recherche, participe à la découverte et s’implique autant  dans  la  création  que   dans  l’évaluation  du  travail  réalisé.

Le travail  avec  Internet  et, en général, avec des documents authentiques actuels, permet aux enseignants de continuer  à  apprendre ensemble avec leurs élèves et, d’emblée, à rester motivés dans l’exercice de leur métier. Grâce à l’internet, le monde de la francophonie entre dans la classe et la langue française acquiert le statut de langue vivante de communication contemporaine partagée par des locuteurs d’origine sociale, culturelle et ethnique différente.

Suite à notre expérience personnelle en ce qui concerne le travail avec les NTIC en classe de FLE, nous pouvons affirmer que ce travail n´est pas du tout facile à gérer. Si l´impact de leur emploi sur l´activité didactique et sur la motivation des élèves est visible, on ne voit pas le travail que le professeur réalise pour y parvenir. Pour cela, nous allons présenter quelques observations et conseils pratiques concernant notre travail avec  les NTIC en classe de FLE.

L’intégration des NTIC dans la classe de FLE demande inévitablement un changement au niveau des stratégies pédagogiques. C’est peut-être l´un des aspects les plus difficiles à changer pour plusieurs d´entre nous, les enseignants du FLE. Il est très difficile de garder la même stratégie que l’on utilise sans les NTIC parce que cette intégration des NTIC demande une période d’adaptation autant pour l’enseignant que pour les élèves. L’efficacité du processus d’apprentissage réside sans aucun doute dans la qualité des contenus transmis au cours des activités de classe, et dans la qualité des stratégies mis en œuvre pour faire comprendre, assimiler et rendre accessibles ces contenus. Cette efficacité dépend aussi de la perception que les apprenants ont de leur situation d’apprentissage.

C’est-à-dire qu’ils sont d’autant plus motivés qu’ils observent les progrès qu’ils font. En classe de langue, cette expérience de progrès se réalise notamment au moment des conversations où les participants sentent qu’ils sont capables de s’exprimer, de mettre en œuvre les éléments et les structures qu’ils ont récemment appris, et de se faire comprendre de leurs interlocuteurs. Mais, de l’intégration des NTIC  et de l´internet jusqu´aux progrès visibles des élèves dans l´apprentissage du FLE il y a un vrai parcours, un voyage pédagogique assez difficile parfois car une utilisation optimale des NTIC en classe de FLE, et plus particulièrement de l’Internet, suppose chez  l´enseignant et l’apprenant le développement des compétences spécifiques telles:

–  chez l’enseignant:

  • être informé au sujet des nouvelles technologies et de leurs potentialités sur le plan didactique;
  • avoir la possibilité, par le biais de sa formation initiale ou d’une formation continue, de développer une réflexion critique à leur égard;
  • disposer de matériels didactiques de qualité lui permettant de réaliser, de la façon la plus optimale possible, les objectifs pédagogiques et didactiques qu’il est tenu de réaliser avec les publics qu’il est amené à former et de développer son propre savoir-faire quant à l’utilisation de ces nouvelles technologies.

–  chez l’apprenant:

  • une bonne maîtrise des stratégies de recherche;
  • le développement du sens critique par rapport à ce qui circule sur l´internet;
  • une gestion efficace de l’information recueillie;
  • une maîtrise de l’expression orale et de l’expression écrite permettant une communication adéquate de l’information et une (ré)utilisation de cette information.

Ce sont les premières questions à envisager au début de toute démarche pédagogique d’intégration des NTIC  et de l´internet en classe de FLE, parce que  les rôles principaux dans le travail avec ces nouvelles technologies  reviennent à l´enseignant et à  l’apprenant. Puis, après avoir identifié des ressources en ligne susceptibles d’être utilisées en classe de FLE,  nous devons les intégrer à un parcours pédagogique, et en planifier la mise en œuvre.

Par exemple, nous pouvons commencer par la réorganisation de nos planifications en tenant compte du matériel que nous avons trouvé sur l´internet pour un certain niveau  et de notre expérience avec les générations précédentes. Ensuite, au début de chaque année scolaire, pendant nos  premières classes de FLE, nous présentons à nos élèves les manuels proposés pour leur niveau,  les contenus à parcourir et les compétences à acquérir en leur transmettant le message qu´ils doivent être des partenaires actifs dans l´enseignement/l´apprentissage du FLE.

Quand on arrive aux discussions concernant les stratégies de  réalisation des contenus proposés par les programmes scoalaires1 en vigueur ils sont toujours contents d´apprendre qu´ils vont travailler avec les NTIC et l´internet, parce que c´est un domaine où ils se sentent à l´aise.

Bibliographie :
• Cerghit Ioan, Metode de învăţământ, E.D.P., Bucureşti, 1980, p. 216, traduction effectuée par Elena-Diana Manase
• Dieuzeide Henri, Les techniques audio-visuelles dans l’enseignement, Paris, ed. Presses Universitaires, 1965
• Ducrot Jean Michel, L’utilisation de la vidéo en classe de FLE, article  www.edufle.net/L-utilisation-de-la-video-en.html
•  Bădău Georgeta Formation FLE. Cluj, Support de cours.,approche communicative, document authentique, TICE,2009
• CONSEIL DE L’EUROPE (2001) : Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Conseil de l’Europe/Didier.

Accesări: 103

Articole asemănătoare