Faire entrer la chanson dans les classes de FLE

La chanson est le point de départ de l’ouverture sur l’interculturalité et se prête à une exploitation pédagogique aux niveaux non linguistique (la musique, l’interprétation, les images du clip vidéo) et langagier (les paroles, le texte). La chanson en classe de français constitue un support d’expression orale et écrite qui joue plutôt le rôle d’un déclencheur d’activités. Ce qui est vraiment extraordinaire c’est que l’utilisation de la chanson est accessible aux apprenants à partir du niveau débutant A1 jusqu’aux niveaux de perfectionnement C1 et C2.

L’Internet foisonne de ressources pédagogiques qui valorisent la chanson française. Sur TV5 monde, il y a des clips de chansons françaises, accompagnés de fiches pédagogiques à adapter. La collection “Génération française” offre depuis 1992 des compilations de pièces musicales diffusées universellement. D’une part, le but est de faire connaître les artistes français et francophones dans le monde entier et d’autre part, aider les enseignant(e)s à exploiter la chanson en classe de FLE. Le CD est accompagné par un livret pédagogique support papier qui suggère de nombreuses pistes d’activités.

La première fonction de la chanson est d’amuser, de distraire (« Je claque les doigts », Madjo), de dénoncer (« Aux armes », Medissmell), de raconter une histoire (« Enfant d’une époque », HK & les Saltimbanks), de faire danser (« Ben l’oncle Soul », Soulman). Ce sont les professeurs et les chercheurs qui ont révélé une finalité pédagogique de la chanson.

Il est à distinguer deux contenus d’exploitation pédagogique. L’un envisage l’approche non linguistique de la chanson, ayant le plus souvent un rôle secondaire: l’écoute, le chantonnement (fredonner et chanter à mi-voix), chanter au moins le refrain, l’accompagnement de la mesure (battre le rythme avec les mains), voir le clip, représenter, par la mimique et la gestuelle, les sentiments qui se dégagent de la chanson, composer des danses, créer la chorégraphie pour la chanson. Un deuxième contenu offre un matériau linguistique authentique (les paroles et le texte écrit de la chanson), valorisable dans les activités d’apprentissage proposées par l’enseignant(e). Il est fort recommandable de favoriser l’univers non linguistique de la chanson, si l’on veut donner envie aux élèves d’apprendre. Utiliser la chanson en classe de français devrait devenir une expérience esthétique destinée à éveiller la curiosité et le goût des acteurs de l’enseignement-apprentissage pour la diversité culturelle. Peu à peu, on introduit le vocabulaire thématique de la chanson étudiée, par des exercices et des activités du simple au complexe. Voici quelques consignes qui entremêlent l’approche non linguistique de la chanson et la focalisation sur l’expression langagière:

  • Quels sentiments se dégagent de la chanson ? (la tristesse, la jalousie, la joie, l’exubérance)
  • Comment qualifiez-vous l’atmosphère de la chanson ? Elle est … (joyeuse, triste, dynamique, comique)
  • Comment trouvez-vous la musique ? (rythmée, lente, dansante, entraînante, apaisante)
  • De quel style se rapproche la chanson ? (du rap, du folk, de la country, du rock, du pop)
  • Quels thèmes correspondent à la chanson ? (l’amour, l’amitié, la guerre, les souvenirs, le désespoir)
  • Combien de fois se répète « on ira » ?
  • Combien de fois le personnage dit « non » ?
  • Quels objets observez dans la vidéo ?
  • Décrivez la tenue des personnages. Qu’est-ce qu’ils portent ?
  • Cochez les mots entendus dans la chanson ;
  • Identifiez les rimes ;
  • Mettez en ordre les couplets de la chanson ;
  • Complétez les paroles de la chanson ;
  • Trouvez dans le texte les mots qui expriment des sentiments.

Pendant ces activités d’apprentissage, les apprenants repèrent des sons, des mots et des expressions, font des classifications et recherchent des informations précises.

Pour concevoir la tâche finale des apprenants, il faut au préalable déceler des liaisons entre la morphosyntaxe, le lexique et l’univers socioculturel de la chanson, qui n’est pas du tout une création isolée dans le monde. Il est envisageable de la rapprocher à un film, à un clip vidéo,  à un roman, à une histoire, à une poésie, aux textes littéraires, à un tableau, à une célébrité, aux articles de presse, à une publicité, aux textes d’apprentissage dans les manuels scolaires, aux jeux et à d’autres chansons. Pour développer l’expression écrite et la créativité, on proposera aux apprenants de rédiger de nombreux types de textes : lettres, journaux intimes, dialogues, textes d’écriture créative (avec des mots imposés ou avec une structure syntaxique préétablie).

Prenons la chanson « Je voudrais être un fleuve », interprétée par Moziimo. À partir de la structure syntaxique du texte original, on propose les couplets d’écriture créative :

« Je voudrais être un arbre
Qui ………………………………..
Je voudrais être une fleur
Qui ……………………………….. »

« Je voudrais être un fleuve et arroser …………………… (nom)
Je voudrais être une fleur et faire sourire ……………. (nom)
Je voudrais être une flamme et éclairer …………….. (nom)
Je voudrais être une fresque et montrer ……………… (nom) »

Pour ce qui est de la chanson « Je claque les doigts », interprétée par Madjo, on recommande la rédaction d’une lettre envoyée à la chanteuse, qui est magicienne, dans le but de lui demander d’exaucer des vœux et d’offrir des pouvoirs surnaturels.

À partir du modèle morphosyntaxique des paroles de la chanson « Ben l’oncle Soul », Soulman, on fait la proposition de composer un dialogue imaginaire entre l’interprète Soulman et une personne qui étale ses points faibles, en vue de s’amuser au sujet des comparaisons que l’on fait parfois entre les qualités humaines.

Soulman :  – J’ai pas le regard de Spike Lee.
…………… :  –  Et moi, je n’ai pas l’oreille de Mozart.
Soulman : –  J’ai pas le génie de De Vincy.
…………… : – Moi aussi, je n’ai pas le génie d’Eminescu.
Soulman : –  J’ai pas la chance de Neil Armstrong.
…………… : – Tu sais… je n’ai pas du tout l’ingéniosité de Traian Vuia !
Soulman : –  J’ai pas la carrure de King-Kong.
…………… : –  Je n’aurai jamais le succès de Simona Halep.
Soulman : –  J’ai pas les pieds sur terre, la patience de ma banquière. J’ai pas ces choses-là.
…………… : – La douceur de mamie, la sagesse de papi, ce sont des choses qui me manquent.
Soulman : –  Moi, j’aurais aimé être comme eux.
…………… : –  Je suis comme tout le monde, je n’ai rien de spécial car je suis juste moi.

L’emploi de la chanson française en classe de langue, au premier abord, pourrait relever un défi pédagogique, puis l’enseignant(e) constate la hausse de motivation des apprenants. C’est vrai, l’exploitation des pièces musicales, chacune avec sa particularité, exige au professeur un travail préparatoire de documentation et d’information: la biographie de l’interprète, le contexte socioculturel, l’analyse pré-pédagogique du document musical, l’éclaircissement des mots et des expressions appartenant aux registres de langue, le choix de la démarche pédagogique, la création ou l’adaptation des fiches pratiques pour les apprenants, la fabrication des moyens pédagogiques si c’est le cas. Au fur et à mesure que le professeur avance dans son travail, la tâche de préparation pédagogique va être exécutée aisément car il va découvrir tout un univers de sens et de possibilités d’exploitation. En outre, il n’est pas obligatoire de mettre en pratique toutes les activités. Le plus important c’est d’éveiller l’intérêt des apprenants pour le français et de susciter le plaisir d’apprendre. Donc faites entrer la musique en classe de FLE !

Bibliographie et webographie:

FONTAINE, Aurélie et TILETTE, Aude (Bureau Export), THEVENOT, Marion (Institut français), BOIRON, Michel (CAVILAM). 2011. Génération française 8. Vichy : CAVILAM (Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias) en collaboration avec le Bureau Export de la Musique Française et l’Institut français, 102 p.

TV5Monde
www.tv5monde.com/musique

www.leplaisirdapprendre.com:
le site pédagogique du CAVILAM

 

prof. Olimpia Gheorghe

Profil iTeach: iteach.ro/profesor/olimpia.gheorghe

Articole asemănătoare