Comment exploiter une chanson en classe de FLE?

À partir d’une chanson, un monde différent peut s’ouvrir devant les yeux des apprenants et éveiller leur envie d’aller à la rencontre d’autres cultures. Cependant, comme tout autre support utilisé en salle de classe, la chanson n’est pas une panacée didactique. Ses bénéfices ne peuvent se  présenter qu’à travers une utilisation consciente, dans un programme cohérent et avec des activités qui permettent d’accéder aux objectifs visés.

Certes, connaître le centre d’intérêt de nos apprenants peut nous aider dans la tâche de trouver un support approprié pour la classe. Néanmoins, nous ne pouvons pas perdre de vue les caractéristiques de notre public et ses besoins d’apprentissage pour pouvoir proposer des activités qui rejoignent les objectifs fixés. C’est-à-dire, toutes les activités et documents d’une séance doivent avoir une liaison étroite avec l’objectif général du cours, les contraintes de l’institution où l’on travaille et les intérêts du public. Ainsi, nous croyons au potentiel de la chanson de toucher de différents publics et leurs besoins spécifiques, puisqu’elle s’adapte à de différentes entrées ( par la grammaire, par le lexique, par la culture etc. ) et peut être intégrée à d’autres supports: lectures, jeux, textes de leçons de manuels, recherches sur Internet, etc. Il suffit à l’enseignant de bien comprendre les objectifs de son cours, de mettre sa créativité en pratique et d’écouter ses apprenants.

Bien sûr, tout travail avec un document authentique « brut » demande des habiletés de chercheur. Les activités et les documents ne sont pas tous prêts et il peut parfois être difficile de les trouver ou de les adapter pour la classe. Dans ce sens, être bien informé, maîtriser les outils numériques et être à la recherche d’innovations sont de grands atouts.

La présentation de l’artiste

D’après Jean-Claude Demari, les enseignants travaillent souvent seulement avec la chanson et ils oublient le personnage du chanteur ou de la chanteuse. Cependant, l’artiste est une partie inséparable de la chanson. En effet, la chanson doit être observée comme un ensemble de plusieurs éléments. Il faut prendre en considération la musique, le texte, mais aussi le personnage du chanteur.

Calvet admet que la chanson a les atributs similaires que le texte et elle mérite d’être étudiée de la même façon qu’un autre texte. Pourtant, il ajoute que d’autre part il faut se rendre compte des différences entre la chanson et le texte et profiter de ces différences. Ainsi, il propose les phases suivantes du travail avec la chanson: « On présentera l’auteur, puis on passera à l’écoute, au commentaire, à l’exploitation, pour finir par la réutilisation » . Le mot « l’auteur » est utilisé ici pour le chanteur ou la chanteuse de la chanson. Sa présentation peut se produire par exemple à l’aide de ses photos ou des articles contenants des informations sur sa vie professionnelle et personnelle.

Les grilles d’écoute

Pozuelo mentionne plusieurs types de grille d’écoute dans son article. La première grille est celle dont l’objectif est de « définir la situation » . Cette grille a sa place au début du travail avec la chanson. L’enseignant peut distribuer aux élèves une grille avec les questions suivantes :

• « Où?
• Qui?
• Quand?
• Quoi? » .

Les élèves sont obligés à remplir cette grille en écoutant la chanson. Leur devoir est de décrire le lieu où la situation se passe et le chanteur ou le personnage dont on chante, indiquer quand la situation se déroule et raconter ce qui se passe. Pozuelo souligne que l’enseignant doit exiger que les élèves justifient leur opinion en disant quelles parties de la chanson soutient leur choix.

Après la présentation de l’artiste, l’enseignant peut faire les élèves écouter la chanson choisie pour la première fois et leur demander de remplir cette grille d’écoute. Cette activité sert à l’introduction de la chanson aux élèves.

Dans le deuxième type de grille qui est proposée par Pozuelo les élèves décrivent leurs impressions en ce qui concerne la chanson. De nouveau, ils doivent expliquer leur choix. Ainsi essayent-ils de deviner s’il s’agit d’une chanson triste, mélancolique, effrayante ou par contre humoristique, joyeuse, poétique, etc. Cette activité développe aussi les compétences communicatives.

Le troisième type de grille proposé par Pozuelo est déjà plus concret. Il s’agit de « l’analyse thématique » de la chanson. Il distingue une grille thématique et une grille lexicale. En ce qui concerne la grille thématique, il s’agit d’une « liste des thèmes dont seuls quelques-uns sont réellement abordés » . L’enseignant distribue cette liste aux apprenants qui doivent désigner les thèmes abordés par la chanson. Similairement, il peut préparer la grille lexicale. Il s’agit d’une liste de mots pris du texte de la chanson, mais aussi de mots qui ne sont pas présents dans ce texte. Les élèves doivent repérer les expressions qu’ils ont entendues.

La quatrième grille d’après Pozuelo est la grille « vrai / faux » qui se concentre sur le sens de la chanson. L’enseignant élabore une liste de phrases traitant le contenu de la chanson dont certaines sont vraies et certaines sont fausses. Les élèves doivent deviner quelle phrase est vraie d’après la chanson.

Le travail avec le texte de la chanson

Thompson  mentionne l’exercice le plus connu, c’est-à-dire le texte à trous. Il s’agit d’un « texte dont certains mots ont été éliminés ». Les trous dans les paroles de la chanson peuvent remplacer les mots spécifiques partageant de traits caractéristiques. Ils peuvent par exemple appartenir au même groupe d’après une certaine règle grammaticale . Ce type d’exercice sert à pratiquer les phénomènes grammaticaux abordés pendant le cours.

Un autre type d’exercice est « la correction d’erreurs ». L’enseignant change certains mots des paroles de la chanson et distribue ce texte modifié aux élèves qui doivent ensuite trouver et corriger les fautes. Thompson admet que plusieurs fois, l’enseignant ne doit pas modifier le texte lui-même, car la version chantée et la version écrite de la même chanson sont souvent différentes. L’enseignant peut en profiter et demander aux élèves quelles sont les raisons pour ce changement . On peut faire une discussion sur ce sujet. En plus, il existe de différentes interprétations de la même chanson. Dans ce cas-là, ce ne sont pas seulement les paroles qui peuvent varier, mais le côté musical et l’atmosphère générale de la chanson peuvent être tout à fait différents d’autant plus s’il s’agit d’une chanson vieille.

On peut faire les élèves pratiquer la compréhension écrite. Thompson invite les enseignants à « expliciter d’abord tous les mots, toutes les expressions ou tournures de phrases, toutes les références à des réalités en dehors de la chanson, toutes les structures grammaticales qui risquent de faire obstacle à la compréhension du texte » . L’enseignant peut aussi préparer un vocabulaire des expressions difficiles et le faire distribuer aux élèves avec le texte de la chanson ce qui va après faciliter la compréhension. Les élèves peuvent donc eux-mêmes essayer de traduire la chanson à l’aide du vocabulaire distribué. L’explication des mots à l’oral ou à l’écrit dépend évidemment de la difficulté de la chanson et du niveau des élèves. En plus, on doit prendre en conscience le but du travail avec le texte. La compréhension du texte est parfois possible aussi sans la compréhension de tous les mots. Il est possible de pratiquer la compréhension écrite en laissant les apprenants essayer de comprendre le sens du texte à l’aide du contexte sans l’explication des mots difficiles. L’enseignant peut évaluer la compréhension correcte du texte en posant les questions sur le sens de la chanson ou sur le sens de certains mots importants du texte de la chanson.

L’enseignant peut développer la production écrite à l’aide du texte de la chanson. Les élèves peuvent réécrire les paroles de la chanson d’après les consignes de l’enseignant. Thompson propose de nouveau de laisser les élèves remplir les trous dans le texte ce temps-là par les mots d’après leur choix. Une variante plus compliquée est de laisser les élèves refaire la chanson ou seulement une partie de la chanson.

Thompson invite les enseignants à faire les élèves réécrire les paroles de la chanson, mais le texte inventé par les élèves reste fidèle à la structure de la chanson originale. Il s’agit donc d’une activité assez difficile, parce que les élèves doivent trouver les mots en français qui riment et inventer en fait les vers. Cette activité est possible à faire avec les élèves d’un niveau assez élevé. En plus, la composition d’une nouvelle chanson peut être infaisable pour certains apprenants. Il s’agit d’une activité assez intéressante, mais l’enseignant doit se rendre compte si elle serait convenable et réalisable pour ses élèves. Néanmoins, ils existent aussi d’autres possibilités de réécriture du texte de la chanson. L’enseignant peut par exemple demander aux élèves de refaire les paroles dans un autre temps verbal, dans une différente personne ou d’après d’autres consignes. Il s’agit donc d’une réécriture partielle, car une partie du texte sera conservé. Les élèves peuvent aussi élaborer un texte complètement nouveau.

Les chansons par la vidéo

Pour le moment, les activités décrites étaient concentrées surtout sur le travail avec les enregistrements. Pourtant, l’enseignant a d’autres moyens de présenter la chanson aux apprenants. Par rapport à l’enregistrement, la vidéo ajoute à la chanson une autre dimension, une dimension de l’image qui peut aider les apprenants à comprendre le contenu de la chanson. On devrait profiter de cette composante en travaillant avec la vidéo. Cépendant, en élaborant les fiches pédagogiques, il faut prendre en conscience toutes les parties de la vidéo. Elle est composée de « l’image ( en mouvement ), des paroles, de la musique et de l’interprétation » .

Bibliographie

1. THOMPSON, Brian, Clef des chants, 1986, [en ligne]  [consulté le 30 novembre 2011]. Disponible sur: www.faculty.umb.edu/brian_thompson/clef.htm.

2. DEMARI, Jean-Claude, De ‘Gentille Alouette’ à ‘Lambré An Dro’ : cinquante ans de chanson dans la classe de FLE, 2005: [en ligne] [consulté le 15 mai 2014]. Disponible sur: www.yumpu.com/fr/document/view/19580142/de-gentille-alouette-a-lambe-an-dro-european-mediaculture.

3. Lionel Wattellier Pozuelo, Comment exploiter une chanson en classe de FLE?, La revista de educación, mai 2007,  Nº 12, ISSN 1697-8005: [en ligne] [consulté le 20 mai 2014].  Disponible sur: www.aldadis.net/revista12/documentos/04.pdf .

 

prof. Cristina-Ioana Pricope-Damian

Profil iTeach: iteach.ro/profesor/cristina.damian1

Articole asemănătoare