La didactique du FLE dans la société actuelle

Pendant les derniers siècles, le monde a été témoin à de nombreuses innovations scientifiques et technologiques. Prenons, par exemple, le domaine des transports : celui qui doit voyager à Paris pour une rencontre d’affaires n’a que monter dans un avion et il y arrivera en 3 heures. Les nouveaux mariés qui souhaitent passer la lune de miel sur la Côte d’Azur n’ont que monter leurs bagages dans la voiture et prendre l’autoroute qui les emmène sans détour sur les plages ensoleillées de la Mer Méditerrané.

Grâce aux nouvelles découvertes dans le domaine, on assiste à une mobilité accrue de la population, à un continu va et vient, car voyager n’a jamais été si simple ! De plus, le voyage n’est plus réservé seulement à ceux qui souhaitent découvrir de nouvelles cultures. Le développement des entreprises multinationales a changé la manière dont on perçoit le voyage comme pure plaisir. On voyage pour des affaires, on fait de stages pratiques à l’étranger, on prend le chemin de l’étranger pour accomplir son rêve de mieux vivre.

Cette mobilité accrue de la population, de même que le développement rapide de World Wide Web, la plus importante source d’information accessible à un seul click, et l’ouverture sur d’autres cultures renforcent l’importance de l’apprentissage des langues vivantes. Suivant de près les besoins langagiers de la population, la didactique des langues a adopté, à travers les siècles, de méthodes censées d’illustrer les objectifs d’apprentissage des langues étrangères. On a appris attentivement les règles de grammaire et la richesse du vocabulaire pour être capable de lire la littérature, selon le modèle des langues latine et grecque. On a rejeté la compréhension et l’expression orales en mettant l’accent sur la communication orale, sur l’appropriation des automatismes langagiers.

Finalement, on s’est rendu compte de l’importance des quatre compétences langagiers et de l’objectif principal de l’apprentissage des langues étrangères qui est la communication. Mais en quoi consiste cette compétence communicative ? Suffit-il de connaître les règles de grammaire et le vocabulaire ? Communiquer, c’est savoir, savoir-faire et savoir-être. Pourtant, les méthodes traditionnelles négligeaient cette panoplie de savoirs qui composent la compétence langagière. Seulement au début des années 1970, on commence à s’interroger comment rendre authentique la situation de communication, et c’est le document authentique qui s’impose comme la meilleure solution.

La grande diversité des matériels disponibles sur la toile fait du document authentique un document très accessible, car, à quelques clics, il est à la portée de chacun. Quand même, l’enseignant ne doit pas abuser de ces documents extracurriculaires, car il est souvent difficile de les allier aux objectifs d’apprentissage.

Cette étude a démontré l’importance du document authentique, importance qui réside dans le fait que, outre la situation de communication la plus véridique possible, il véhicule des savoirs culturels essentiels. A l’aide du document authentique, les apprenants plongent dans la culture française, découvrent et comprennent les habitudes et les styles de vie des Français, tout en apprenant leur langue. Apprendre avec le document authentique, c’est amusant, c’est stimulant, c’est motivant.

 

Articole asemănătoare