Le portfolio – méthode d’évaluation en classe de langue vivante

Le portfolio est une méthode alternative d’évaluation qui a attiré l’attention et l’intérêt des professeurs. Il était nécessaire de trouver une méthode d’évaluation flexible, une alternative aux modalités traditionnelles d’évaluation. Le terme est relativement nouveau dans la terminologie des sciences d’éducation.

Le concept de portfolio est historiquement associé aux disciplines artistiques, telles que la photographie, les arts plastiques ou encore l’architecture. Le concept de portfolio artistique a été adapté au monde de l’éducation. Méthode complexe d’évaluation, le portfolio c’est un dispositif qui a servi à la formation des adultes, comme outil de reconnaissance des acquis. Progressivement, il s’est introduit dans le monde de l’enseignement universitaire, tout d’abord, puis dans l’enseignement secondaire et primaire.

On pourrait définir le portfolio comme une collection des épreuves des élèves, constituée pour indiquer leurs efforts, leurs progrès et leurs résultats dans une ou plusieurs disciplines. Ces définitions montrent que la notion de portfolio ou dossier d’apprentissage doit être abordée avec beaucoup de nuances et de circonspection tant les points de vue adoptés sont multiples.

Lors du projet « Langues vivantes » du Conseil de coopération culturelle du Conseil de l ‘Europe, on s’est mis d’accord pour élaborer un modèle de portfolio pour les langues modernes. Le fondement de ce type de portfolio repose sur :

  • la motivation de l’apprenant – tout en acquiesçant ses efforts dans l’apprentissage des langues tout au long de la vie
  • le souhait de faire connaître à qui que ce soit les compétences linguistiques et culturelles acquises.

Les portfolios européens des langues sont des documents, qui se présentent sous la forme de petits livrets, dans lesquels les utilisateurs peuvent consigner toutes leurs connaissances linguistiques et culturelles, dans quelle que langue que ce soit, qu’elles aient été acquises dans le système scolaire ou en dehors.

Tous les portfolios ont deux fonctions :

• Une fonction d’information. Les portfolios servent au moins deux utilisateurs finaux : les autorités éducatives et les futurs employeurs. Les données qui y sont consignées font dans le premier cas l’office d’un bulletin scolaire et indiquent le niveau auquel se trouve le propriétaire, et jouent, dans le second cas, le rôle d’un curriculum vitae « spécial langues ». Les compétences acquises sont définies en fonction des niveaux du Cadre européen commun, elles sont de ce fait comparables pour toutes les langues et transposables à tous les systèmes.
• Une fonction pédagogique. Consigner et visualiser ses progrès est motivant. Les portfolios présentent toujours les résultats de l’auto-évaluation sous une forme positive, valorisante. Connaître les efforts qui restent à faire permet de planifier son apprentissage, de réfléchir aux degrés de compétences que l’on souhaite acquérir, fussent-ils partiels.

Tous les portfolios sont composés de trois parties :

• Un passeport, dont la forme est commune à tous les portfolios européens et que l’utilisateur peut compléter au fur et à mesure de ses apprentissages scolaires et extrascolaires. Dans le passeport, une grille d’auto-évaluation permet de déterminer son niveau, pour chaque compétence langagière, dans chacune des langues que l’on maîtrise peu ou prou.
• Une biographie langagière, qui lui permet d’indiquer ses compétences linguistiques et culturelles et l’aide pour son auto-évaluation.
• Un dossier, dans lequel il peut rassembler ce qu’il considère comme des preuves de ses compétences : des travaux personnels, des diplômes obtenus au cours des années.

Les objectifs des portfolios sont au nombre de onze :

  • Encourager le plurilinguisme et le développement interculturel dès le plus jeune âge;
  • Renforcer et soutenir la motivation;
  • Simplifier, pour les employeurs, la reconnaissance des compétences en langues et donc faciliter la mobilité professionnelle et éducative;
  • Simplifier, pour les autorités éducatives, cette reconnaissances, en cas de changement d’établissement scolaire;
  • Améliorer la cohérence entre les systèmes éducatifs;
  • Améliorer, chez les apprenants et les enseignants, la prise de conscience des objectifs et des méthodes d’apprentissage des langues;
  • Créer ou renforcer, chez l’apprenant, une aptitude à planifier, gérer et évaluer son propre apprentissage;
  • Permettre aux apprenants de rendre compte de leurs apprentissages dans différentes langues;
  • Présenter les compétences en langues de façon actualisée, transparente et positive;
  • Permettre aux parents de suivre et d’encourager les progrès linguistiques des enfants;
  • Encourager les autorités éducatives, les organisateurs de cours et d’examens à être plus transparents et à donner plus d’informations sur le contenu linguistique et culturel des programmes et des diplômes.

Le portfolio pour le collège est un document qui se présente sous la forme d’un livret individuel pour l’élève. Il comprend les trois parties communes à tous les portfolios : passeport, biographie langagière et dossier. Il a trois compléments, qui n’existent pas dans les autres portfolios.

– Il comporte un chapitre qui permet à l’élève de prendre conscience que la façon dont il a appris une langue à l’école primaire ou dont il a appris une autre langue en dehors du système scolaire (sa langue maternelle par exemple) va l’aider à apprendre plus facilement une nouvelle langue étrangère.
– Il propose à l’élève « des astuces et des méthodes » pour améliorer sa façon de parler, pour apprendre de nouveaux mots, pour mieux comprendre et vérifier ce qu’il entend, pour comprendre et vérifier ce qu’il lit, pour relire et améliorer ses propres textes, pour argumenter ses connaissances grammaticales, pour se donner de l’assurance et pour se servir des autres langues qu’il connaît.
– Un livret séparé, intitulé « Les langues et leur diversité », propose une série d’activités à faire seul ou en classe, pour découvrir les langues du monde et les personnes qui les parlent. Ce livret, particulièrement adapté à cette classe d’âge, foisonne d’activités simples et concrètes.

Leur objectif est de motiver les enfants à découvrir par eux-mêmes que dans leur entourage immédiat, où qu’ils habitent, des gens parlent ou ont parlé lorsqu’ils étaient enfants d’autres langues que le français, et à les aider ainsi à se tenir à l’écart de la discrimination et de la xénophobie.

Le portfolio d’évaluation contient, en d’autres termes, les compétences, les stratégies, les instruments d’évaluation, les tableaux des résultats. Ce type de portfolio s’apparente davantage à un processus d’évaluation sommative. L’autoévaluation de l’élève y est moins prépondérante que dans les deux autres types de portfolios. Ce portfolio est utile pour faire la preuve du développement de la compétence annoncée ou de l’ensemble des compétences annoncées. Ce type d’évaluation peut mener à la certification ou à l’obtention d’un diplôme.

Bibliographie:
Scallon, G., L’évaluation formative des apprentissages, l’instrumentation, Québec, Les presses de l’université de Laval, 1988.
Tagliante, C., L’évaluation et le Cadre européen commun, coll. « Techniques et pratiques de classe », CLE International, Paris, 2005.
*** Ghid de evaluare pentru limba franceză, Bucureşti, 1999.

 

prof. Ramona Ştefănescu

Profil iTeach: iteach.ro/profesor/ramona.stefanescu

Articole asemănătoare