Étude sur le développement de la créativité dans l’enseignement du FLE

Le rôle principal d’un enseignant est de motiver les élèves à apprendre et à trouver du plaisir et à se réjouir du processus d’apprentissage. Un enseignant qui ne trouve pas le moyen de toucher les cœurs et les vies des apprenants n’est pas efficace. Pour atteindre cet objectif, les enseignants doivent être plus humanistes et créatifs dans leurs méthodes d’enseignement. Être un enseignant «débranché» signifie pouvoir transmettre l’information aux élèves en utilisant des méthodes de motivation propres à leur niveau, leur désir et leurs besoins.

La créativité représente l’un des problèmes centraux des recherches pédagogiques du dernier temps. Les enseignants doivent trouver et stimuler la créativité des élèves ; cela représente une   direction des plus importantes pour perfectionner et moderniser le processus d’enseignement. Le développement de la créativité est une demande sociale, mais aussi un besoin individuel. Elle est de plus en plus demandée par la société pour dépasser le décalage entre les activités de création et la routine et pour stimuler le progrès de la société.

La créativité est un phénomène exclusivement humain, celui qui lui permet une si grande capacité d’adaptation, qui l’a fait passer de l’état de nature à la culture.

Du point de vue didactique on peut définir la créativité comme « un ensemble unitaire des facteurs subjectifs et objectifs qui mènent à la réalisation par les individus ou groupes, d’un produit original et de valeur ». Selon cette définition on trouve trois critères d’approche et d’analyse du phénomène de création :
a) le produit de la création ;
b) le processus créatif ;
c) la personne ou le groupe créateur.

Dans la méthodologie traditionnelle des langues, la créativité n’avait pas une place à elle. Les débutants devaient apprendre par la répétition et par exercices de répétition. Cette méthode ne permettait qu’une seule réponse, celle correcte. Ce modèle d’enseignement ne permettait aucune valeur créative de la part de l’apprenant. C’est à partir de la dernière décennie du XXe siècle que la didactique des langues s’est approchée d’une pédagogie actionnelle, mettant l’accent sur l’activité de l’apprenant.

Dans le contexte d’apprentissage des langues étrangères, on considérer la créativité la façon d’utiliser la langue pour produire des textes avec un certain objectif. La communication a lieu le plus souvent dans des situations spontanées.

En ce cas, nous ne pouvons pas encourager l’apprentissage par la répétition permanente des phrases que dans quelques situations très restreintes.  Le CECRL, le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, rappelle que « l’utilisation de la langue pour le jeu ou la créativité joue souvent un rôle important dans l’apprentissage et le perfectionnement mais n’appartient pas au seul domaine éducationnel ». Pour l’apprentissage d’une langue étrangère sont plus appropriées les scènes authentiques de la vie quotidienne, parce qu’elles sont plus ouvertes aux situations problématiques, spontanées et communicatives.

Dans la seconde moitié du siècle dernier on a proposé d’introduire à tous les niveaux de l’enseignement du français langue étrangère l’utilisation de techniques créatives concernant la production orale et écrite. Le but des ces méthodes est d’intégrer à l’apprentissage les motivations et les ressources d’invention des élèves. Elles revêtent de nombreuses formes :

  • des jeux de langue
  • l’écriture créative
  • des jeux de rôles
  • des simulations globales

On trouve dans la littérature didactique de nombreuses variantes d’exercices créatifs. Les idées principales du jeu de rôles et de l’écriture créative dans un domaine scolaire sont présentées comme exemples des exercices créatifs. Une pédagogie de la créativité n’implique absolument pas de modifications au programme. Au contraire, l’idée est de bien penser à des tâches qui soient insérées dans les contenus disciplinaires.

Dans le processus d’enseignement, la créativité comme acte manifesté, finalisé dans un produit très original reste valable seulement pour les enfants exceptionnels. Sous l’aspect éducatif et formatif nous devons être intéressés de former chez l’apprenant l’attitude de se manifester spontanément, indépendant, de croire dans ses propres forces.

Plus important que le produit est l’implication de l’apprenant dans l’activité, l’intérêt pour le travail, manifester sa curiosité, flexibilité, la spontanéité et la fantaisie dans l’apprentissage, comme une prémisse pour l’avenir.

Le jeu fait partie intégrante de l’univers de chaque individu et c’est pour cette raison qu’il est une source de motivation puissante. Les caractéristiques essentielles de jeu se résument en quelques mots : plaisir, spontanéité, gratuité (c’est-à-dire l’accomplissement d’un acte ce qu’il est en soi) et créativité.

Les notions de créativité et de jeu sont toutes deux marquées par l’importance accordée à l’attitude de celui qui crée ou celui qui joue. Dans la mesure où créativité et jeu semblent tous deux aptes à enrichir les processus cognitifs et affectifs, à alimenter l’estime de soi, la motivation et la réussite scolaire et à diversifier les ressources d’enseignement et de l’apprentissage, leur articulation dans la classe de langue méritait d’être mieux étudie ; d’autant plus que certains jeux semblent être à la même de développer la créativité, et que la créativité devrait aussi permettre de développer de jeux en tout genre, dont certains particulièrement propices à un meilleur apprentissage plurilingue et pluriculturel.

Les jeux de créativité sont des jeux qui engagent la personnalité de l’élève, sa créativité d’utiliser le langage, ainsi que son habilité d’imaginer des situations d’énonciation. En motivant l’apprenant par un exemple et en lui donnant un temps pour réfléchir dans une atmosphère de plaisir et de détente, l’enfant peut trouver beaucoup de créativité dans ses interventions en classe. On ne naît pas créatif, on le devient, c’est en exerçant qu’on acquiert la capacité d’invention, la fluidité des idées, la flexibilité, la capacité de synthèse propres la créativité.

Les jeux de devinettes -sont basés sur le principe de trouver la vérité lorsque l’on détient une partie de l’information et un autre essaie de le deviner. Il existe une grande variété de jeux de devinettes ; les apprenants pratiquent leurs habiletés de parler et d’écouter tout en coopérant. Ils suivent des instructions et des règles qui ne doivent pas être strictes.

Les devinettes sont des sortes d’énigmes avec des énoncés courts dont l’enfant doit trouver la réponse. C’est un jeu dont le but est de deviner quelque chose ; le plus souvent il faut trouver la bonne réponse à une question.

Charades -ce jeu est toujours populaire auprès de la plupart des groupes et c’est amusant à faire. Le choix des mots doit être délibéré pour rendre le jeu plus facile. Cela peut être fait comme un exercice avec la classe entière ou dans des groupes de 5 à 6 élèves. L’enseignant copie le document et les cartes de mots pour chaque groupe. Avant de commencer, l’enseignant explique les règles et les gestes communs utilisés dans les charades tout en le faisant.  Ensuite, les apprenants placent les cartes de mots face cachée sur la table. À leur tour, ils prennent une carte et mime le mot sur la carte. La personne du groupe qui devine le mot conserve la carte. Ils ont seulement 2-3 minutes pour mime un mot. L’étudiant avec la plupart des cartes à la fin sera le gagnant.

Anagrammes -selon le dictionnaire Larousse, l’anagramme est un mot formé en changeant de place les lettres d’un autre mot. Par exemple, une anagramme de « gare » est « rage ».

L’enseignant écrit le mot «anagramme» sur le tableau. Ensuite, il / elle demande aux élèves de lui dire la définition d’anagramme. Une fois que la définition a été précisée, l’enseignant  montre un exemple. Il écrit un mot sur le tableau et demande aux élèves d’utiliser les lettres de ce mot pour faire une phrase ou d’autres mots. Ils travaillent par paires pendant cette activité. Le professeur demande aux élèves leurs réponses puis écrit le vrai sur le tableau. Ensuite, il  dicte  quelques mots pour les apprenants et leur demande de penser aux anagrammes de ces mots: nacre, merci, aube, santé. . En variante, les étudiants peuvent faire un mot l’un de l’autre en réorganisant les lettres pour former une nouvelle. L’enseignant dicte les mots sur la gauche pour les élèves et leur donne un mot différent: ancre, crime, beau, sénat.

Calligrammes -les calligrammes sont des poèmes (ou des phrases, des textes) dont la disposition graphique sur la page forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte, mais il peut arriver que la forme apporte un sens qui s’oppose au texte. Cela permet d’allier l’imagination visuelle à celle portée par les mots.

Pour utiliser les calligrammes un classe de FLE, nous pouvons, par exemple, suivre quelques pas :
a) demander aux apprenants d’observer le calligramme et de dire ce qu’il représente (certains sont plus évidents à décoder que d’autres) ;
b) demander aux apprenants de lire les phrases, de retrouver l’enchaînement et de reconstruire ensuite le texte dans son entier ;
c) puis ils doivent choisir un thème et une forme qui peuvent être associés ; ils écrivent ensuite quelques vers et dessinent sur une feuille 8 à 12 tracés (il est préférable de choisir un crayon, pour effacer à la fin les lignes tracées, qui illustreront le poème. Puis les apprenants passent à la partie manuscrite, en suivant les tracés réalisés au crayon qu’ils pourront effacer ensuite.

Nous pouvons organiser des concours dans le groupe ou dans la classe, et l’on peut soumettre les produits à un vote collectif. Les calligrammes peuvent aussi être exposés en classe ou sur un panneau.

Bibliographie /Sitographie :
Barna, A., Antohe, G., Curs de pedagogie. Fundamentele și teoria educației, Editura Logos Galați, 2001
Cuq, J.- P., Gruca, I, Cours de didactique de français langue étrangère et seconde, Grenoble 2003
Un Cadre européen commun de référence pour les langues: apprendre, enseigner, évaluer, Division des Politiques linguistiques, Didier, Paris, 2005
Proca, G., Le développement de la créativité dans l’enseignement du FLE : les jeux, Evomind, 2019
www.francparler-oif.org/apprendre-le-francais-par-le-jeu
www.pedagoform-formation-professionnelle.com/article-les-intelligences-multiples-87466731.html
insuf-fle.hautetfort.com/tag/calligramme

 

prof. Gina Proca

Profil iTeach: iteach.ro/profesor/gina.proca

Articole asemănătoare